Sauf-Conduit

Linda Lê

Abstract


“Sauf-Conduit” provides a rare historical reflection on the part of Lê on the refugee exodus out of Vietnam at the Fall of Saigon in 1975 and the means of escape sought by those abandoned in subsequent months and years. Discussing aspects of her own flight, for the first time, Lê reckons with the ‘bénédiction’ that her grandmother called owning a French passport and with a subsequent leave-taking once in France to the world of literature as a new homeland. In the light of other exiled writers, as in the case of her volumes of literary essays, Lê considers here, in a notably personal tone, how the writer who may lay claim to no one passport or identity instead seeks to purvey to a world build of nation states the rich disquiet of non-belonging.


“Sauf-Conduit” offre une rare réflexion historique de la part de Lê sur l’exode des réfugiés vietnamiens à la chute de Saigon en 1975 et la quête d’évasion de ceux qui se retrouvèrent abandonnés au pays dans les mois et les années suivants. Se penchant pour la première fois sur les aspects de sa propre fuite, Lê reconnaît la ‘bénédiction’ selon les mots de sa grand-mère, que constitue le fait de posséder un passeport français et, une fois en France, l’adoption du monde de la littérature comme sa nouvelle patrie. À la lumière d’écrivains en exil, comme ceux évoqués dans ses essais littéraires et, sur un ton très personnel, Lê examine comment l’écrivain qui refuse la détention d’un passeport ou d’une identité vise à y insuffler, dans un monde constitué d’États-nations et délimité par des frontières nationales, l’intranquillité de la non-appartenance.

Full Text:

PDF HTML


DOI: https://doi.org/10.5130/portal.v15i1.5519

Share this article: