Injustices épistémiques et recherche participative: un agenda de recherche à la croisée de l’université et des communautés

Main Article Content

Maxime Boucher
Sylvia Bissonnette
Pierre Chaput
Javier Flores
Aude Bandini

Abstract

Cet article présente un cadre d’analyse innovant ancré dans le concept d’injustices épistémiques pour évaluer les recherches participatives. Composé d’une méthodologie de travail et d’un outil d’autoévaluation, ce cadre d’analyse a été développé au fil d’un processus participatif de production et de mobilisation des savoirs qui a pris place au cours des deux dernières années. L’équipe multidisciplinaire ayant entrepris ce processus est composée des chercheur-es et des représentant-es du Groupe de recherche et de formation sur la pauvreté au Québec travaillant à l’élaboration d’un programme scientifique de recherche sur les injustices épistémiques et les recherches participatives.


Nous défendons que les recherches participatives peuvent contribuer à apporter des réponses coconstruites entre les milieux universitaires et communautaires à certaines injustices sociales – dans le cas présent, les injustices épistémiques – qui sont enchâssées dans les processus de production des connaissances. De notre point de vue, les recherches participatives constituent des laboratoires permettant d’observer et de comprendre la production des injustices épistémiques et, le cas échéant, d’offrir des leviers pour les réduire grâce à la construction de ponts entre les différentes personnes et les savoirs qu’elles détiennent.


L’article est centré sur la présentation de deux dimensions de notre travail: (1) La méthodologie que nous avons mise sur pied pour bâtir des espaces de coapprentissage à la croisée de l’université et des organismes communautaires et (2) Un guide d’autoévaluation disponible en accès libre que nous avons bâti durant notre démarche afin d’aider les universitaires et leurs partenaires à s’engager dans une évaluation réflexive des processus participatifs de recherche du point de vue des injustices épistémiques. L’article met également de l’avant des défis inhérents à l’élaboration de ce programme de recherche ainsi que des réponses que nous avons pu leur apporter, et se termine par des réflexions sur les enjeux clés ayant émergé en cours de route.

Article Details

Section
Knowledge democracy for a transforming world
Author Biographies

Baptiste Godrie

Associate Professor, Department of Sociology, University of Montréal; Researcher at CREMIS

Maxime Boucher

Coordinator of Groupe de recherche et formation sur la pauvreté au Québec

Sylvia Bissonnette

Ex-coordinator and member of Groupe de recherche et formation sur la pauvreté au Québec

Pierre Chaput

Member of Groupe de recherche et formation sur la pauvreté au Québec

Javier Flores

Member of Groupe de recherche et formation sur la pauvreté au Québec

Sophie Dupéré

Professor, Faculty of Nursing Science, Université Laval

Lucie Gélineau

Professor, Department of Psychosociology and Social Work, Université du Québec à Rimouski

Florence Piron

Professor, Université Laval (Québec), president of the Association for Science and the Common Good

Aude Bandini

Professor, Department of Philosophy, Université de Montréal